Lake Bernard    
Lake Bernard Lake Bernard Lake Bernard

English


Huards


Le plongeon huard

Le plongeon huard est un grand oiseau plongeur qui passe l’été sur les lacs d’eau douce et l’hiver sur le littoral marin. En été, cet oiseau affiche un plumage nuptial noir et blanc caractéristique. Ilmesure de 0,6 à 1 mètre (de deux à trois pieds) de longueur, pèse entre quatre et cinq kilogrammes (dix livres) et son envergure va de 1,2 à 1,5 mètres (de quatre à cinq pieds).

Le plongeon huard
Ce que vous devez surveiller

Attention aux huards – soyez vigilant si vous apercevez un huard entre fin juin et septembre, il y a de fortes chances qu’il soit accompagné d’un ou de deux jeunes.  Gardez vos distances.

Écoutez les huards – si vous approchez un huard et l’entendez émettre un cri d’alarme, cela signifie que vous êtes trop proche. Éloignez vous.

Surveillez le comportement des huards – si vous voyez un huard « danser » debout sur l’eau en battant des ailes, c’est qu’il est alarmé par votre présence. Éloignez vous.

 

Embarcations et huards 

Embarcations et huards


• Les embarcations peuvent avoir un impact negative sur les huards de nombreuses manières :
• Les embarcations à moteur peuvent causer des vagues qui vont se briser sur le rivage et submerger les nids.
• Les embarcations de pêche, en particulier pour la pêche à la ligne (achigan et brochet), circulent dans des secteurs que privilégie le huard pour la nidification.
• Les canots peuvent glisser tranquillement dans une aire de nidification de huards et les éloigner de leurs nids.
• Les motomarines peuvent atteindre une vitesse élevée en eau peu profonde et heurter des oisillons.
• Les embarcations remorquant des plaisanciers faisant du ski nautique ou de la chambre à air nautique peuvent atteindre une vitesse élevée près du rivage et heurter des oisillons.


Déplombez-vous!Déplombez-vous!

Les huards, comme beaucoup d’oiseaux, ingèrent normalement des petits cailloux (gravier) pour digérer leurs aliments. Ils peuvent avoir entre vingt et trente cailloux à la fois dans le gésier. Malheureusement, si ce gravier contient du plomb, provenant de lests, de turluttes ou de plombs à fusil, le huard risque de s’empoisonner. Il est maintenant facile de se procurer des accessoires non toxiques, notamment à base d’acier ou de bismuth. Alors, déplombez-vous!!

 

Huards en nidificationHuards en nidification

La plupart des huards commencent à nicher entre le milieu et la fin de mai. Ils pondent généralement deux œufs qui éclosent de 27 à 29 jours plus tard (vers la fin de juin). Les nids sont habituellement installés sur de petites îles, dans le fond des baies ou des passages.  Puisque les huards ont seulement un ou deux jeunes par année, chaque oisillon compte. La survie des huards dépend de la santé de ces jeunes jusqu’à ce qu’ils soient assez vigoureux pour s’envoler vers le sud (fin octobre et novembre).

La navigation peut causer la destruction des œufs!

Les parents huards quittent leur nid si une embarcation s’en approche à moins de 150 mètres (500 pieds), laissant les œufs sans chaleur ni protection. Les parents huards peuvent abandonner le nid s’ils sont dérangés trop souvent. Ils peuvent alors tenter de nicher à nouveau plus tard dans la saison, mais la probabilité d’éclosion des œufs et de survie des jeunes est alors très faible.

 

Jeunes huards

Jeunes huards Les jeunes huards ne sont pas à l’épreuve de l’eau! Ils doivent grimper sur le dos de leurs parents pour rester au chaud et au sec. Lorsque les bateaux s’approchent, les parents laissent les jeunes pour défendre leur territoire.

Les jeunes huards ne peuvent pas plonger! Les jeunes huards ont une portance très élevée et ne sont pas capables de plonger rapidement ni très profondément, ce qui les rend particulièrement
vulnérables à des collisions avec les embarcations, surtout de juin à septembre.

Les jeunes huards se fatiguent facilement! La présence d’embarcations oblige les jeunes huards à nager continuellement plutôt que de s’alimenter ou de se reposer. Ils peuvent alors s’affaiblir, ce qui affecte leur capacité de survie. Les jeunes huards ne peuvent pas plonger!


Les jeunes huards fréquentent les eaux libres! Les parents huards ont l’habitude de déplacer les jeunes loin du lieu de nidification restreint des petites baies pour les amener vers des eaux plus profondes le long de rivages plus ouverts, afin d’éviter les prédateurs naturels. Malheureusement, ils se retrouvent alors en conflit direct avec les embarcations, en particulier les motomarines, les bateaux tirant des plaisanciers s’adonnant au ski nautique, à la chambre à air nautique ou à la planche nautique.

 

© Droits d'auteur 2012-2015 - Tous droits réservés
Politique de confidentialité | Charte du site Web