Lake Bernard    
Lake Bernard Lake Bernard Lake Bernard

English


Mauvaises herbes aquatiques envahissantes

Le myriophylle en épi se répand rapidement - depuis 2012, nous avons enregistré une augmentation de près de 400 % (de 185 000 m² à 570 000 m2) en seulement 4 ans. Il couvre maintenant presque toutes les parties de notre lac dont la profondeur est comprise entre 0,5 et 7 m (57 hectares ou presque 10 % du lac). Cette infestation par les mauvaises herbes empêche de profiter pleinement du lac dans certains secteurs.


Actions entreprises par votre association jusqu'à présent :

  • Nous explorons en permanence différentes sources de financement pour soutenir nos efforts de gestion du myriophylle en épi.
  • Nous avons d'abord soulevé la question des mauvaises herbes envahissantes au conseil municipal de La Pêche en mai 2015.
  • Nous avons engagé ABV des 7 pour mener une étude à l'échelle du lac à l'été 2015 afin de déterminer l'étendue du problème et la meilleure façon de le résoudre. En janvier 2016, ils ont fourni à notre association un rapport sur leurs conclusions.
  • Notre proposition de contrôle du myriophylle en épi a été présentée à la réunion du conseil municipal de La Pêche en mai 2016 et nous avons reçu une subvention équivalente de 15 000,00 $ pour notre projet pilote. Le projet d'installation de la toile de jute n'ayant jamais été lancé (voir explication ci-dessous), l'argent a été retiré par la Municipalité. Lorsque nous serons prêts à utiliser de la toile de jute, nous devrons simplement présenter une nouvelle demande de subvention à la Municipalité.
  • Au cours de l'été 2016, nous avons travaillé avec l'ABV des 7 pour préparer une demande de certificat d'autorisation (CA) qui a été soumise au ministère de l'Environnement (MDDELCC).
  • Le CA délivré à notre association nous autorise à installer de la toile de jute sur certains lits de myriophylle en épi, mais à la condition de la maintenir en place avec des pierres ou des blocs de ciment pouvant être enlevés après plusieurs années. Cette méthode n’est pas raisonnable car elle rendrait le coût prohibitif puisqu’elle nécessite le recours à des plongeurs professionnels et à une barge mécanique. Le projet a été suspendu jusqu'à ce qu'un compromis puisse être négocié avec le ministère.
  • Notre espoir et notre objectif étaient de mener un projet pilote dans une zone très fréquentée sélectionnée pour tester l’installation de la toile de jute (une fois la restriction levée) avec l’utilisation de sable pour la maintenir en place. 
  • Nous avons déployé des bouées-repères jaunes pour éloigner les bateaux des zones denses de tapis de mauvaises herbes. Nous aimerions étendre l'utilisation de ces bouées jaunes pour délimiter d'autres zones à éviter.
  • Le projet pilote, financé grâce à la subvention municipale et à des levées de fonds, devait couvrir environ 10 000 mètres carrés. Veuillez noter que le myriophylle en épi couvre actuellement, selon les estimations, 570 000 mètres carrés. Il est évident qu'il s'agira d'un effort de cinq à dix ans pour lutter contre cette herbe envahissante.
  • En date du 16 janvier 2019, l’Alliance pour un programme national de gestion du myriophylle à épis a recueilli l’appui de plus de 135 associations, organisations telles que l’ABV des 7, des municipalités et des municipalités régionales de comté (MRC). Elle entend obtenir du gouvernement un plan d’action provincial qui, par sa mise en œuvre efficace, pourrait devenir un modèle de gestion de toutes les espèces envahissantes au Québec et même un exemple pour d’autres juridictions.
  • Carte du lac avec les zones de myriophylle en épi (en 2016) délimitée en rouge
    Vous pouvez télécharger une copie .pdf de la carte du lac ici. (5MB)


Solutions possibles :

  • Toile de jute -
    L’ABV des 7 ne jure que par cette méthode et propose une solution clé en main pour notre lac, à environ 2 $ par mètre carré. La toile de jute semble être la méthode privilégiée et la seule supportée par le ministère de l'Environnement (MDDELCC)

  • Les méthodes suivantes ne sont pas cautionnées par l'ABV des 7 ni par le MDDELCC et ne peuvent donc pas l'être par votre exécutif :
  • Aération
    À un coût d'environ 6 000 $, vous pouvez restaurer un rivage devant un chalet (si vous achetez des services - moins si vous fabriquez vous-même votre système).
  • Toile pour mauvaises herbes ou autres méthodes utilisées par des particuliers
    châssis avec de la toile tendue construits et placés sur des mauvaises herbes nuisibles en eau peu profonde; agrafez de la toile de jute ou un tissu sur un châssis en bois (fabriqué avec des lattes de 1 x 3). Plongez les châssis au-dessus des mauvaises herbes nuisibles et maintenez-les en place à l’aide de pierres. Il est préférable d’installer ces cadres au début de la saison avant que les mauvaises herbes ne commencent à pousser et de les enlever au bout de six semaines environ. Cependant, cette méthode n'est pas autorisée par le MDDELCC.
  • Récolte d’herbes à la main
    En 2015, nous avons fourni des coupe-herbe et des conseils à ceux et celles qui voulaient récolter les mauvaises herbes à la main. Résultat : un certain succès et beaucoup de préoccupations de la part des villégiateurs et résidents qui estiment qu'il y a eu une augmentation dramatique des boutures de mauvaises herbes dans le lac. À compter de 2016, nous avons cessé d'utiliser ces coupe-herbe. La coupe des mauvaises herbes occasionne la fragmentation de boutures qui sont difficiles à récolter. C’est aussi la principale méthode de propagation du myriophylle en épi. Cette méthode n'est pas autorisée par le MDDELCC.
  • DASH (récolte par aspiration assistée par un plongeur)
    A fonctionné très efficacement dans l’État de New York, dans certains États du Nord des États-Unis et en Colombie-Britannique. Cela peut prendre de cinq à dix ans pour débarrasser le lac du myriophylle en utilisant cette méthode. En raison de la quantité de sédiments dans le lac, cette méthode peut être très lente et n’est pas soutenue par le MDDELCC.
  • Coupe mécanisée
    A fonctionné efficacement dans les lacs Rideau et dans certains lacs du Vermont. C'est une méthode beaucoup plus rapide mais qui doit être répétée en permanence et qui contribue à la prolifération de la plante. L’ABV des 7 et le ministère de l'Environnement du Québec (MDDELCC) n'appuient pas cette méthode. 
© Droits d'auteur 2012-2017 - Tous droits réservés
Politique de confidentialité | Charte du site Web